Les petites annonces gratuites sur TNN

Postez gratuitement votre petite annonce sur tananews
http://annonces.tananews.com
Andilana Noel

Mauvais état des routes : la faute à la mauvaise gouvernance du régime

Des petits trous et des plus grandes, des nids de poule, ces faits sont devenus courants aussi bien dans la Capitale que dans les périphéries et même sur les routes nationales. Ce mauvais état des routes depuis la Transition est au fait dû à une mauvaise gouvernance, bien que la source ne soit pas directe.


Le mauvais état des routes tire en partie sa source des mesures dictatoriales prises par le régime de Transition. Pour expliquer de la manière la plus simple, la fixation des prix à la pompe a engendré des difficultés auprès des compagnies pétrolières, lesquelles à leur tour n’ont pas payé leurs redevances pour les entretiens routiers. Bien entendu, les routes ne se mangent pas, si bien que le réseau routier de la Grande-Île ne compte plus aujourd’hui que 30 000 kilomètres dont le tiers seulement est praticable toute l’année. L’objectif du régime précédent était pourtant d’atteindre les chiffres des années 70 avec 50 000 kilomètres de réseaux routiers, voire les dépasser. Certains grands projets routiers ont été mis au fond du casier à l’arrivée au pouvoir d’Andry Rajoelina, tandis que d’autres travaux en cours de finition, ont été suspendus à défaut de moyens.

Pour en revenir au cas du fonds d’entretien routier, le montant des redevances impayées depuis l’année 2009 s’élève à 60 milliards d’ariary. Cette redevance est de l’ordre de 7 % sur le prix du litre de carburant. Le président du Syndicat des ingénieurs fonctionnaires en bâtiments et travaux publics exhorte le ministère des Travaux publics d’encourager les compagnies pétrolières à s’acquitter de leurs redevances. Une politique de recouvrement est même conseillée si cela s’avère nécessaire.

FTHM ORGA

Le fait est pourtant qu’avec le maintien des prix à la pompe et la vente au prix plus bas que les cours internationaux, les opérateurs pétroliers ont toutes les excuses pour prétexter une difficulté ou un refus de payer. La révision à la baisse des redevances au Fonds d’entretiens routiers (FER) a déjà été évoquée par ces compagnies il y a de cela plusieurs mois. Une proposition qui a été soutenue par le groupement professionnel des gérants libres de stations-services (GPGLSS), pour permettre au régime de grignoter quelques ariary sur les prix à la pompe et de réduire les pertes enregistrées par les distributeurs. La situation actuelle s’avère encore délicate au niveau de cette définition des prix. Avec la dernière hausse de 100 à 150 ariary, les compagnies pétrolières et les stations-services ont annoncé une nouvelle hausse à venir, à moins de voir accoucher d’autres compromis de la part du régime. Loin de nous le pessimisme, sauf que l’annonce d’une baisse des subventions aux compagnies pétrolières par le régime de Transition après la dernière révision des prix laisserait plus d’un, sceptiques.

En ce qui concerne l’entretien du réseau routier, autant se résigner et attendre les prochaines compagnes électorales, ou la mise en place d’un régime plus compétent.

© TANANEWS.COM - Tous droits réservés - Reproduction interdite sans autorisation préalable - Tout contrevenant s'expose à des poursuites judiciaires

D'accord, pas d'accord ? Réagissez - 15 réactions

admin dit :

# Le président du Syndicat des ingénieurs fonctionnaires en bâtiments et travaux publics exhorte le ministère des Travaux publics d’encourager les compagnies pétrolières à s’acquitter de leurs redevances. Une politique de recouvrement est même conseillée si cela s’avère nécessaire.

Mais oui, bien sûr, tu les obliges à payer des impots et taxes et dans le même temps tu les forces à maintenir un prix de vente mora, en dessous de la vérité des prix.

Le beurre, la fermière et le cul de la fermière en prime ?

[Répondre]

Rabe.R dit :

Ka ny lalana hono tsy azo hanina ka!

[Répondre]

Verohanitra dit :

C’est évident, le pt a mis en pratique sa haine de toutes les réalisations qu’a faites le Prm Ravalomanana, au point de prétendre que les routes ne se mangent pas. Toutefois, c’est pendant les difficultés qu’ont les transporteurs à traverser ces mauvaises routes que les bandits en profitent pour attaquer les voyageurs et les délester de tous leurs avoirs.
Le mieux pour lui, quand il sera prisonnier et condamné aux travaux forcés, c’est de mettre un t-shirt rayé comme les Dalton et casser les anciennes routes avec sa pioche pour que le Prm Ravalomanana puisse les faire réparer.
pt = destructeur, prédateur = espèce nuisible.

[Répondre]

Naivokely dit :

Iny lalana iny dia:
– be mpangalatra
– be mpandainga
– be mpandroba
– be mpamono
– be mpanolana
– be mpanotra
– be mpisakana
– be lavaka

[Répondre]

Kolonely dit :

Les petits trous comme les gros, bof.

Nous, ce sont les nids de poule qui nous interressent, voir s’il y a des oeufs et hop mety ho « fihinana ihany iny lalana iny an ».

Surtout avec beaucoup de nids de poule.

[Répondre]

Kolonely dit :

Naivokely ô!

Be inona indray hoe iny lalana iny ?

Mbola hihinana ihany anie isika izany e, hihinana ny . . . tsy lazaiko fa raha mahalala

[Répondre]

Steph dit :

Alors James ?
Ce pont se trouve sur quelle Rn et à quel Pk ?

[Répondre]

steph dit :

C’est facile à trouver car des taxibe renault trafic, y’en a pas beaucoup ….

[Répondre]

Curieux dit :

Bienheureux sont les Malgaches, car ils observent avec un bel ensemble un phénomène qui n’a qu’une seule cause.

L’état des routes est dû uniquement au manque de versement de La taxe par les acteurs du secteur pétrolier.

La météo et les pluies parfois torrentielles n’ont aucune influence sur la dégradation des routes.
La surcharge habituelle et chronique des véhicules de tous poils ne dégrade absolument pas les routes.
L’établissement du soubassement des routes garanti dans tous les cas la durabilité des routes.
La faible épaisseur du revêtement à base du bitume n’est en aucun cas responsable de la dégradation rapide de la qualité de la route.
Le manque chronique d’entretien élémentaire n’explique pas qu’un mini-nid de poule se traduit rapidement par un nid de dinosaure.

[Répondre]

steph dit :

@ Curieux

Comme dirait l’autre, c’est pas ma faute : c’est la faute à la surcharge sur les taxi-brousse, c’est la faute à la pluie, c’est la faute à l’épaisseur de bitume, c’est la faute à ra8 (comme d’hab) mais c’est pas ma faute à moi.

[Répondre]

Curieux dit :

@ Steph
A quoi bon rechercher le responsable ? voire les responsables ?
Il vaut mieux chercher les causes du mauvais état des routes (et des autres choses !) et travailler à minimiser les effets de ces causes.
Pris isolément tous les facteurs sont faciles à minimiser.
Le plus difficile c’est de prendre la décision de vouloir corriger un état de faits.

[Répondre]

admin dit :

Les Malgaches ne savent pas construire des routes.

Ou plus précisément les routes construites à Madagascar ne sont pas aux normes.

Cela s’apparente plutôt à du bidouillage et du bricolage, l’etat de l’art, la construction aux normes, connait pas. Vive le tip top.

[Répondre]

Curieux dit :

@ admin : « Les Malgaches ne savent pas construire des routes. »

Je ne suis pas entièrement d’accord, ce qui est vrai c’est que des normes ne sont pas respectées, mais les normes à respecter existent-elles ?

Les bidouillages et bricolages que vous dénoncez ne datent pas d’hier… Déjà fin des années 60 des travaux payés par la « coopération » étaient alloués à des sociétés venant d’ailleurs qui ne respectaient pas les cahiers des charges.
J’ai souvenir d’une route Antalaha-Andapa (ne passant pas par Sambava) nécessitait la construction de ponts. Des ponts ont commencé à être établis avant la route elle-même. Lors de tests il s’est avéré que pas un seul pont n’était construit sur des pieux assez profondément enfoncés dans le sol. Résultat : la société étrangères est partie avec le reste de l’argent et la route n’a jamais été construite. Mais personne n’a été puni pour ces malfaçons, sauf le peuple Malgache bien entendu.

[Répondre]

fiondranana dit :

Ny Gasy mihitsy no olana ho sahirana satria marivo salosana ny maro eto eh! Maro manampahaizana fa mbola fetsifetsen’ny vahiny, amidin’ny tsy nahita fianarana kokoa noho izy, tsy manampasahiana loatra ny manampahaizana satria variana miandry màna sy kolikoly!…Be ny mpivavavaka fa na ny pretra manodinkodina miteraka amin’ny mpiantrin’ny masera any anindrantany any misy izany…Mpiandry mamaky ministera.. Pasitera lasa managalatra vy sy mampirafy amin’ny mpiara-mivavaka aminy tsy lahy tsy vay io an??? Be mpitandro filaminanana manambasy nefa ny jiolahy aza lasa rafiditra ho isan’ny mpandroba sy mpamono olona sy mpanotra vahoaka…Mpitsara tsy manana ny fahamendrehana hitsara amin’ny tokony ho izy…Be mpanadalina , mpahay tantara sy mpanabe ary mpanao gazety be resaka fotsiny nefa ratsy no azon’ny vahoaka avy amin’ny zava-boalazan’izy ireny!…Mpangalatra akoho no lasa ho isan’ny andrimason’ny fokontany…lol! Mbola ho ela isika vao ho tafarina ehhhh! Miaro ny mahagasy feno laron-teny franstay ny fehezan-teniny…

[Répondre]

ONY dit :

Que voulez -vous ce n’est jamais de sa faute à lui qui a prétendu faire le bien du peuple sur la place du 13 mai avant qu’il ne se défile, en catimini, pour prendre la poudre d’escampette et laisser la foule se ruer à Ambohitsirohitra vers la zone dite rouge !!!.A quel moment dites-vous ?? ? Il ne va pas répondre à cette question comme à l’accoutumée ou dire des mensonges comme à l’accoutumée encore et toujours…Pour preuve : Ce fut le scoop lors de l’interview de l’invité du zoma !!! Personne n’a pu lui refiler , remettre discrètement un petit bout de papier pour l’aider à répondre….Et, voilà le résultat !!! Mama mia. La honte.

[Répondre]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre commentaire n'apparait pas ? Lisez ceci